PRIX REINE MATHILDE 2017

Devant son miroir, Oscar Barey souriait béatement. Même après toutes ces années, l’évocation du bébé d’Adèle provoquait en lui, à chaque fois, un véritable enchantement. Mais soudain son début d’extase se crispa, le rictus réapparut, car cette fois un vent mauvais avait soufflé, un vent malencontreux qu’il n’avait pas prévu.
Intrigue
Après le prologue incisif et troublant relatant la mort du petit Louis, l’enfant d’Adèle – meurtre subtilement orchestré par Oscar Barey, gynécologue réputé -, nous sommes submergés par un sentiment de révolte et crions à l’injustice : comment ce notable parvient-il à être aussi facilement innocenté alors que cet événement tragique entraînera le suicide d’Adèle et l’éclatement de toute la famille ? C’est ce même sentiment de révolte qui anime Sonia Balassi, l’héroïne de ce thriller, dont on apprend, par touches successives, qu’elle a été l’épouse d’Oscar Barey et qu’elle a vécu un vrai calvaire auprès de lui pendant de nombreuses années : contrainte d’abandonner sa carrière de peintre et sa passion pour le tango, réduite aux tâches ménagères et humiliée inlassablement par son mari, Sonia n’est jamais parvenue à révéler le vrai visage d’Oscar Barey, créature double et profondément cruelle ; on croit d’autant moins ce qu’elle raconte que l’homme se montre prévenant et aimable en public. Pourtant, des meurtres, cet homme dangereux en a perpétré plusieurs, il s’en est vanté devant elle. C’est pour cette raison d’ailleurs qu’il a essayé de la tuer lorsqu’elle a pris le parti de le quitter… Aussi, lorsque Sonia découvre dans l’appartement qu’elle vient d’investir une pièce isolée, secrète, c’est le déclic : elle va étancher sa soif de vengeance et faire justice elle-même. Elle entreprend, seule, d’attirer son ex-mari dans un piège qu’elle va fabriquer pour lui faire avouer ses crimes ! Mais le danger est proche, la tension est extrême : après lui avoir échappé de justesse, comment Sonia va-t-elle s’en sortir face à lui ? N’at-elle pas surestimé ses forces en voulant affronter son ancien bourreau ? Est-ce que son désir de le punir n’occulte pas le risque qu’elle court ? Enfin, pourquoi se lancer seule dans une entreprise aussi folle ?
Pourquoi lire ce livre ?
D’abord, pour le suspense : nous sommes comme hypnotisés, et cela, dès les premières pages. Si vous vous lancez dans la lecture de ce récit, attendez-vous à ne plus le lâcher ! Dès le prologue, nous sommes happés par l’histoire du bébé d’Adèle. Il y a une tension dans ce récit qui nous invite à partager la peur de Sonia et qui en fait un thriller HALETANT ! Pour les personnages principaux bien sûr : toute notre sympathie va à Sonia, cette danseuse de tango boiteuse qui, en même temps qu’elle travaille à se reconstruire, entreprend de tendre un piège à un homme très dangereux ; par la vigueur de son caractère, par sa fibre artistique, par sa solitude également, par son passé difficile et tout à la fois sa retenue à nous en étaler tous les détails douloureux, Sonia nous séduit complètement. Dans un autre registre, concernant le personnage d’Oscar Barey, nous sommes tout à la fois fascinés et horrifiés par la monstruosité de ce protagoniste, par la noirceur de son âme. Enfin, justement pour toute cette exploration de l’âme humaine que nous livre ce récit, jusque dans les profondeurs les plus sinistres ou dans les énergies les plus reculées : Marie Murski sonde les cœurs et plonge courageusement dans les racines du mal pour mieux se délivrer de son passé ! On entrevoit parfaitement à travers cette histoire, même transposée, ce que l’auteure a pu endurer et surtout quelle force elle a dû déployer pour surmonter cette épreuve. Cette force, elle irrigue l’écriture de ce récit, nous le sentons ; cette force, elle nous invite au respect, à l’admiration ; cette force, elle nous fait définitivement passer, avec Sonia, de l’ombre à la lumière.

Un thriller pervers insidieux … ou l’effroi est au rendez – vous !!
Dès les premières pages … on plonge dans l‘univers de l’auteur … on ressent ses angoisses … ses douleurs … mais aussi ses joies … ses coups de cœur … sa détresse… et puis cette rage … cette envie de vérité ...

L’auteur se jette à corps perdu dans cette histoire !! Est ce un exutoire ? Une fuite en avant, folle et désespérée ?

On découvre la descente aux enfers de Sonia … sa rencontre avec Oscar Barey … son mariage … la perte de sa vie sociale … son isolement pour mieux la contrôlerles coups et les humiliations
Puis une volte face, Sonia Balassy victime …devient « bourreau » … personnage fort … déterminé, sans pitié … ou presque …
Un thriller où se mêle émotions intenseshaine incompréhension .. « vengeance » !!
Un thriller sur fond de Tango … cette danse passionnée … pleine de fougueflamboyante … puis il y a la peinture … cet « exutoire artistique » …

La douleur pour le lecteur devient physique !! Un abyme … un gouffre de souffrances !! Évacuer la haine et la violence à tout prix !!

Un rythme soutenu qui nous « happe » dans les Méandres du Mal !!
Un livre que l’on lit en apnée
Y aura t’il une délivrance au bout de cette quête ?? Avouera- t’il ses crimes ?? L’apaisement sera t-il au bout du chemin ?

ce roman m’a énormément touché par sa Puissance !! Un roman qui hante par sa Force !! Un beau et sublime coup de cœur !!
Après « Le chat silence » … « Cris dans un jardin » un réel bonheur de retrouver la sensibilité de Marie Murskiune auteure pleine de talent !!

« Il avait fermé les yeux pour ne pas voir le mal sur cette terre, et c’est ainsi que le mal l’avait trouvé, sans défense. » Ernst Wiechert, Missa sine nomine”

Blog de Vérone Lixelle “Les Patchoulivres de Vérone