Parole d’auteure : Le voici paru, ce manuscrit écrit avant que ma ligne d’écriture ne soit brisée, caché durant des années dans une souche d’arbre, près d’une rivière, avec mes carnets, le chargeur et les balles du fusil.
Je l’ai réécrit sans en changer l’histoire qui est prémonitoire en regard du travail délirant et sans finalité que j’allais ensuite accomplir dans le jardin.”C’est une histoire de fous !” dit Josée Guellil qui a fait auprès de moi un formidable travail d’éditrice, dérivant avec moi dans l’histoire, enthousiaste, chapitre après chapitre.
Une famille qui vit en autarcie dans une ferme, drôle de phalanstère, où se réfugient les damnés de la terre. Et qui se met à cultiver, obstinément, rageusement, des orchidées. Ces plantes les dévorent. Cette folie les tient et les ronge, les exalte et les corrompt.”

Présentation éditeur  :
Les gouffres se creusent autour des Tenailles, menaçant d’engloutir la ferme. Ailleurs, la montagne avance, les villages sont désertés l’un après l’autre, la végétation reprend ses droits et fait éclater les murs.

C’est dans ce Bout du monde que Gabriel s’est arrêté au terme d’une errance sur les chemins. Patiemment, jours et nuits, il arpente les serres et la vallée pour prendre soin de ses jeunes plants d’orchidées. Mais Gabriel s’épuise. La curieuse communauté qui vit en autarcie aux Tenailles, sa femme Agathe et sa fille Ludie, mais aussi le vieux Côme, Paulin, Guilaine, sauront-ils poursuivre sa folle entreprise et terminer son œuvre ?

Marie Murski a longtemps écrit de la poésie.

Ce roman onirique, sombre comme une tragédie grecque, s’éclaire par la magie d’une écriture splendide et précise.

Les éditions N°8 – 2019″

pour acheter « Les orchidées volantes » :

Marie Murski – Les éditions in8 (cliquer ici )

Les Orchidées volantes de Marie Murski :

l’épaisseur et la lumière

NOTE DE L’EDITEUR

Lire Les Orchidées volantes, c’est entrer dans une épaisseur. Immédiatement.

Marie Murski nous installe dans un lieu inassignable et dans une durée.

L’histoire tient en peu de choses. Le jeune Gabriel a quitté une banlieue crasseuse dans l’espoir d’une autre vie. Il emmène avec lui une petite fille, la « petite fille à la robe bleue ». Au terme d’une errance sur les chemins, durant laquelle meurt, dans des circonstances troubles, la petite fille, Gabriel parvient dans une ferme reculée. Il n’en partira plus. A force de travail, conduit par une idée devenue obsession,faire pousser des orchidées, Gabriel redonne une raison de vivre à la maisonnée, qui succombe à son charme : le vieux Côme, la fille Agathe qu’il épouse, Paulin, le simple qu’il recueille, mais aussi Ghislaine qui les visite entre deux cures de désintoxication. Mais les plantes réclament toujours plus de soin à mesure qu’elles croissent et se multiplient, et Gabriel meurt d’épuisement. Le reste de la famille, orphelin de Gabriel, va tenter de poursuivre…

Le domaine se nomme « Les Tenailles ». Les locaux disent le bout du monde. Aux alentours les villages sont peu à peu quittés. La nature, âpre, puissante, angoisse, car elle est étrangère : rien ne saurait l’attendrir. Les gouffres se creusent, la montagne, un roc, avance inexorablement. Trop vite, on songe à ces romans d’anticipation qui postulent une catastrophe écologique, tel La route de Cormac Mc Carty. Pourtant non, nul cataclysme, nulle fin du monde. Simplement, la Terre n’est pas la même. Elle est celle des Orchidées. Seul le vertige est identique.

Le rythme du roman est progressif. À la limite du supportable. On en viendrait à espérer une scansion, une accélération telle que l’exigent les codes narratifs actuels. Mais si lente est l’évolution, nulle longueur. Plutôt une durée, un temps qui enfle de l’intérieur. Celui de la mesurée croissance des plantes. La sourde menace qui gronde dans l’usure à la tâche. Le travail harassant auquel s’astreignent Gabriel, Côme, Paulin, Agathe et Ludie. Il n’est plus de seuil entre la nuit et le jour, chaque heure succède à l’autre, et chaque jour au suivant. Ce temps inexorable gagne peu à peu le lecteur, et l’installe insidieusement, à son tour, dans la durée du livre. Les Orchidées referment leur piège.

Au sein de cette épaisseur, quelque chose résiste à la clarté, à la simplification des choses. La beauté du livre tient à ce que Marie Murski sème des motifs, page après page, dont on sait très bien qu’ils ont quelque chose à donner, des symboles comme autant de cailloux semés, sans qu’on ne sache encore de quelle porte ils sont la clé. On sait même pertinemment qu’en dépit des efforts, pourrait-on s’y arrêter un moment, on ne parviendrait pas à les déchiffrer – y arrivera-t-on à la fin du livre ? – et qu’il faut avancer, toujours, encore, confiants.

Et ce qui fonde cette confiance inébranlable du lecteur, ce qui fait que le lecteur, se sachant aveugle, se livre à la force vertigineuse de cette lecture, c’est la langue de Marie Murski. Elle avance d’un pas assuré, la langue se déploie campée sur ses appuis, comme tendue, un mot après l’autre, par une absolue nécessité. Marie Murski a écrit de la poésie, et depuis cette mémoire, elle déplie ce roman.

C’est une histoire de fous. D’une famille qui vit en autarcie, dans une ferme, drôle de phalanstère où se réfugient les damnés de la terre. Et qui se met à cultiver rageusement, obstinément, des orchidées. Ces plantes les dévorent. Cette folie les tient et les ronge, les exalte et les corrompt.

Les Orchidées volantes sont une tragédie grecque : dans ce lieu, unique, ce temps implacable qui avance jusqu’à sa fin certaine, les relations de puissance se confrontent à l’affectif, au poids de l’inconscient, à l’écrasante fatalité. Une autorité dépasse complètement les hommes, attendrissants de persévérance et d’efforts obstinés, mais si vulnérables. Ils courent vers une mort inéluctable – on le sait, on le sent, mais nos yeux s’écarquillent malgré tout, fascinés par cette course folle.

Les Tenailles existent. Une fois le roman terminé, le vertige perdure. L’histoire a une fin, assez définitive même, mais cette fin n’achève rien, et le voile se lève sur une nouvelle opacité. C’est le signe des vrais livres, qui ne cessent de tourmenter.

 

Les orchidées volantes

… Marie Murski:

BLOG DE VÉRONE LIX’ELLE

Dès les premières pages une sensation d’angoisse, de malaise, une ambiance oppressante qui nous happe et nous poursuit !!

Que se passe t-il vraiment ? Pourquoi cette boule au ventre alors que le récit semble calme ??

Et pourquoi cette chasse aux orchidées volantes ? Pourquoi cette fuite ?

Une analyse édifiante sur le comportement humain ! La puissance incontrôlée du cerveau !! Vivre à l’ »Extrême » !!

Un cycle infernal et peut être sans fin … « Le bout du monde » au bout du chemin !!

Un souffle de vie exacerbé … et le temps qui s’égrènement inlassablement !!

L’auteure nous entraîne dans une Tragédie Humaine parée de sa prose, douce, vaporeuse et sublimement oppressante !

Un chef d’œuvre de poésie !! Je suis conquise !!!

Crédits photos de la page :  Blog de Vérone Lix’elle

Interview France Bleu Normandie

Paru dans “La République des Pyrénées” le 18 juin 2019

paru également dans la revue littéraire « Europe », novembre/décembre 2019